Vidéo dans les vignes

Classé dans : vidéo, vin | 0

Pour faire une jolie vidéo dans les vignes, l’idéal serait d’étaler le tournage sur les quatre saisons. On aurait de jolies vrilles séchées qui s’accrochent aux  fils en hiver, des fleurs blanches par milliers au printemps, de jeunes grappes verdoyantes et prometteuses en été, et enfin des hottes de vendanges débordantes de grappes violettes en automne.

Mais voilà, la demande cliente est ainsi faite : on a deux semaines et il faut que cela envoie du rêve. Ah. Et bien, les fleurs sont passées, les grappes ne sont pas encore mûres… défi relevé !

Sandrine du château de Rouquette (le Loupiac dont je parle ici) nous prête gentiment son domaine. Et nous voici partis, “caméra au point” et drone sous le bras. Le résultat est classe sans trop de blin bling, humain, voire poétique à certain moment (vidéo de 10 min). Voici un extrait :

ScreenShot-video

On a eu un temps mitigé entre pluie et éclaircie, beaucoup de vent et des grillons. Kévin, notre caméraman, a épaté les habitants de Cadillac avec son jolie drone blanc. Tandis qu’il me faisait courir entre les lignes de vigne pour trouver LA petite perle de pluie accrochée aux grains de raisin. J’ai aussi découvert le merveilleux métier d’Umbrella Girl : un must pour toutes les grandes fans de beaux matos comme le 5D ! Kévin a un petit air de Marco Simoncelli sous la pluie.

Kevin-vigne-Loupiac-Cadillac

Pour la petite anecdote : j’adore retrouver la chambre “abeille” chez Sandrine. Son papier peint bleu sérigraphié d’abeilles dorées rappelle l’histoire d’une rûche bien bruyante, trouvée dans la cheminée.

To make a nice video in the vineyards, the ideal would be to set the shooting during four seasons. It would have pretty dried tendrils clinging to cables in winter, thousand of white flowers in spring, young green and promising grappes in summer, and finally cases overflowing purple harvest bunches in autumn.

But now, the client order is thus made: we have two weeks and it will make you travel into vineyards. Ah. Well, the flowers are past, the grapes are not yet ripe … challenge met !

Sandrine of Château de Rouquette (Loupiac wine I’m talking about here) kindly lends her domain. And here we are, the camera in one hand and a drone in the other hand. The result is quite beautiful, let’s have a flight with this extract.

We had mixed weather between rainy and sunny, windy and crickets. Kevin, our cameraman, wowed locals Cadillac people with its pretty white drone. While he asked ​​me running between vine rows to find THE little pearl of rain clinging to grapes. I also discovered the wonderful profession of Umbrella Girl: a must for all fans of nice stuff like the 5D! Kevin has an air of Marco Simoncelli under the rain.

For the anecdote: I love returning to the « bee » room at Sandrine’s. Its blue wallpaper silkscreened with golden bees recalls the story of a noisy beehive, found in the chimney.

1 boîte de pêches au sirop = 2 desserts pour femme enceinte

Classé dans : cuisine, vidéo | 0

J’adore mes copines, surtout quand elles sont enceintes et qu’elles viennent prendre l’apéro sans alcool, sans charcuterie ni fromage, sans crudités ni fruits frais. Si, vraiment, je les adore car elles me donnent des défis à relever.

C’est un peu comme le concept des “Défis à petits prix” de la chaîne Youtube Marmiton. Julien, l’animateur, doit relever des défis sur des thèmes culinaire dans un budget déterminé. Comme je travaille sur ce projet en ce moment, je m’inspire beaucoup des “recettes de Julien”.

Tout ça pour dire qu’avec “une boîte de pêche au sirop Carrefour” (sic Julien), j’ai proposé à ma copine enceinte un milkshake pêche-vanille et un trifle pêche-fromage blanc.

Pour 1,25L (c’est la précision des verres à bière !) de milkshake pêche – vanille :
- 75 cl de lait de soja vanillé
- 6 oreillons de pêche au sirop (il devrait rester 2 oreillons au fond de la boîte)
Mixer le tout très finement et garder au frais.

Pour 3 trifles pêche – fromage blanc :
- 2 oreillons de pêche au sirop
- 1 fromage blanc
- 2 biscuits au beurre

Découper les oreillons en tout petits dés. Les mettre au fond de 3 verrines ou 3 pots Gü (taille de la portion parfaite).

Détendre le fromage blanc avec une cuillère à soupe de sirop. Le verser sur les morceaux de fruit.

Emietter les biscuits par dessus.

1 tin of peach in sirup = 2 recipes for pregnant woman

I love my friends, especially when they are pregnant and they come to have dinner at home without alcohol, meat delicatessen or cheese, without vegetables or fresh fruits. Yes, really, I love them because they give me challenges.



It’s like the concept of « Challenges in small budget (Défis à petits prix) » of Marmiton’s Youtube channel. Julien, the speaker, faces challenges on cooking themes within a specified budget. As I am working on this project at this time, « Julien’s recipes » inspire me a lot.

All that to say that with « a tin of Carrefour peach in syrup » (sic Julien), I proposed to my pregnant friend a peach – vanilla milkshake and a peach – cottage cheese trifle.

For 1,25 L of milkshake (the beer glass’s precision!) :
- 75 cl of soy milk, vanilla flavour
- 6 halves of peach in syrup (2 pieces should stay i
n the tin)

Mix everything very finely and keep cool.

For 3 trifles :
- 2 halves of peach in syrup
- 1 cottage cheese
- 2
butter cookies

Cut peach into very small dices. Put at the bottom of three glasses or 3 Gû ramekins (perfect size serving).

Mix the cottage cheese with a tablespoon of syrup. Pour over fruit pieces.

Crumble cookies on top.

La recette de vin chaud qui passe à la télé

Classé dans : vidéo, vin, voyage | 0


LA recette de saison, c’est le vin chaud. Même si en Chine cela fait des millésimes qu’on fait du vin (de riz ou de raisin), les Chinois n’ont jamais profité d’un verre de vin chaud. C’est Jacky Lee de la télévision de Shandong qui s’y est intéressé en premier.

Pour information, Shandong 山东 est la province de la ville de Qingdao 青岛, la ville où l’on fabrique la fameuse bière chinoise. Littéralement, c’est la province « à l’est des montagne ». Elle est situé entre terres et eaux, Qingdao a d’ailleurs les pieds dans la mer.

Après avoir marché sous la pluie glaciale, Jacky a adoré le verre de vin chaud que je lui ai préparé. Il en a même fait un reportage sur un coin de table de la cuisine ! A voir ici en podcast.

Le principe de la recette est simple :

- Une bouteille de vin rouge : j’aime les vins très fruités. Le comble du luxe est un vin passé en barrique qui arrondie l’acidité du vin.

- Du sucre suivant l’acidité du vin : 200 à 250 g. Donc si on a un vin boisé, on met moins de sucre :-)

- Des agrumes : chaire et zeste, car les huiles essentielles sont dans l’écorce.

- Des épices : j’aime les vieilles racines de gingembre avec l’écorce de citron, parfois j’ajoute du poivre avec l’écorce de pamplemousse… C’est selon les envies. La recette classique comporte des clous de girofle qui ont des propriétés anti-inflammatoire, des étoiles de badiane au goût anisé qui dégagent les voies respiratoires et de la cannelle qui serait antivirale. Que des bonnes choses en somme !

La recette de vin chaud qui passe à la télé

Pour une bouteille de 75cl de Syrah Reserva de Validivieso :
- 200 g de sucre
- 2 oranges
- 2 cuillères à café de clous de girofle
- 4 étoiles de badiane
- 2 bâtons de cannelle

Coupez une orange en 8, prélevez le zeste de l’autre orange. Dans une grande casserole, mélangez tous les ingrédients. Faites bouillir, puis mijotez 10 min. C’est prêt.

Au Chili, cette boisson est appelé « Navigado » à cause des quartiers d’orange qui flotte comme le navire qui flotte sur l’eau.

En Finlande et en Suède, je l’ai trouvé sous le nom de « Glögg mit vodka ». C’est surprenant la première fois, mais on s’y fait très vite :-P . Une amie d’Helsinki (Finlande) m’a expliqué que ces enfants consomment du « Glöggy » à base de jus de fruit.

Valdivieso Reserva Syrah

Valdivieso Reserva Syrah

THE recipe of this season is the mulled wine. While in China wine is being done for millenia (grape or rice wine), the Chinese have never enjoyed a glass of mulled wine. Jacky Lee from Shandong TV was interested as first.

For your information, 山东 Shandong is the province of Qingdao city 青岛, the city where they make the famous Chinese beer. Literally, it is the province at the « east of the mountains. » It is located between land and water, Qingdao has also feet in the sea

After a walk in the freezing rain, Jacky loved the mulled wine that I have prepared. He even did a video interview on a corner of the kitchen table! The podcast of his interview.

The mulled wine principle is simple:

- A bottle of red wine : like very fruity wines. The luxury choice is a wine aged in barrel that make the wine’s acidity round.

- Sugar aqual to the wine’s acidity: 200 to 250 g. So if you have a woody wine, put less sugar :-)

- Citrus zest and chair, because essential oils are in the flesh.

- Spices: I like old ginger root with lemon zest, sometimes I add pepper with grapefruit peel … It is as you wish. The classic recipe contains cloves that have anti-inflammatory properties, star anise, aniseed flavor that free respiratory and cinnamon is antiviral. Good things in fact!

For a 75 cl bottle of Syrah Reserva Validivieso:
- 200 g sugar
- 2 oranges
- 2 teaspoons of cloves
- 4 stars anise
- 2 cinna
mon sticks

Cut an orange into 8, draw zest of one orange. In a large saucepan, combine all ingredients. Boil, then simmer for 10 min. It’s ready.

In Chile, this drink is called « Navigado » because of the orange floating like a ship that floats on the sea.

In Finland and Sweden, I found it under the name of « Glögg mit vodka » It is surprising the first time, but you got very quickly :-P . A friend of Helsinki (Finland) explained that children consume « Glöggy » made with juice.

Harley-Davidson au féminin

Classé dans : moto, vidéo | 0

Harley-Davidson : une marque connue, reconnue, légendaire… Mais comme dans toute légende, la part de vérité est souvent plus fine que celle du mythe. Alors comme dirait Dr Henry Jones Junior (Indy pour les intimes), « allons rechercher les faits » et vivre l’expérience par nous même.

AuFeminin.com m’a demandé d’interviewer Laurent, un concessionnaire Harley-Davidson, avec en prime, l’essai de la Forty-eight en couleur Hard Candy. L’interview vidéo est disponible ici.

Tous mes amis motards étaient prévenus. Mais comme la plupart sont des pistards en sportive, ils sont plutôt moqueurs face à un « twin poussif » (sic). M’en fout, moi je suis content:encodede d’essayer, ainsi la légende ne se fera pas sans moi !

J’arrive avec ma CBR sur le parking d’Harley, c’est encore vide…. Mais petit à petit, le magasin se remplit et ma Titine blanche commence à se faire remarquer au milieu des motos noires et cuirs.

Le look est important. On me fait essayer : une veste ultra sophistiquée avec ceinture lombaire intégrée (on ne rigole pas, j’ai un pote qui en porte une), le casque jet siglé, les lunettes-ventouses à verres transitions (qui varient en fonction de la luminosité)… Je flash même sur des bottes à talon (à 350€… humm).

Interview vidéo avec Laurent (HD Borie) et Vincent (MK Multimédia)

Interview vidéo avec Laurent (HD Borie) et Vincent (MK Multimédia)

L’interview se passe super bien, Laurent est plutôt détendu, le travail avec l’équipe de tournage MK (des amis) est efficace, bref, j’arrive enfin à l’essai. Je choisi une Forty-Eight pour la position des pieds : c’est celle avec les commandes les moins avancées. La position est droite et le guidon vers le bas, ce qui me met assez vite à l’aise. Alors non seulement je vais essayer une HD, mais en plus c’est une 1200cm3 ! Et ouais mes louloutes, même pas peur !

A l’allumage, c’est le moteur qui m’explose dans le ventre. Oui, je lâche un sourire, on peut même dire un méga smile ! Au départ, c’est pédalage dans la semoule : je cherche les repose-pieds 2-3 secondes avant de pouvoir passer la seconde. Ils sont là-bas, devant, loin devant… il faut s’asseoir pour les toucher. Ah oui, il faut rester les fesses sur le siège sur cette moto. Du coup, les premiers virages sont assez déroutants, mais les derniers ronds-points gardent des traces du repose-pied !

Au final, je dirais que c’était facile. Une assise confortable, un moteur qui part tout seul et qui ne demande qu’à rouler, une direction douce, une garde au sol basse et du coup la maniabilité est irréprochable. Hormis au démarrage, je n’ai pas eu de grosses sensations, pas de peur, pas d’adrénaline, juste du plaisir à rouler. Cette idée nourrit bien la légende.

Puis, j’ai repris ma CBR, mon petit 600 si léger et si vif. Elle, c’est du gin-fizz alors que la Forty-Eight serait un Baileys, c’est une granny-smith à croquer comparée à une forêt noire gourmande…

La Forty-Eight Hard Candy :-)

La Forty-Eight Hard Candy :-)

Harley-Davidson: famous brand, recognized, legendary … But like with any legend, the truth is often a finer part than the myth. So as Dr. Henry Jones Junior (Indy for short) said, « find the facts » and experience by ourselves.

AuFeminin.com asked me to interview Laurent, from Harley-Davidson, with the bonus of testing the Forty-Eight in Hard Candy color. See the video interview on auFeminin.com

All my bikers’s friends were warned. But like most racers, they like sportbikes, they are rather mocking with a « twin wind-broken » (sic). I don’t care, I’m happy to try and legend will not be without me!

I arrived with my CBR at the Harley-Davidson’s parking lot, it was empty …. But little by little, the store was filling and my white Titine started to get noticed among the motorcycles : black and leathers.

The look is important. I try: an ultra sophisticated jacket with integrated lumbar belt (don’t laugh, a friend of mine wears one), the jet helmet, glasses with transition glasses (which vary depending on the brightness ) … I even flash on heeled boots (€ 350.. hummm).

The interview goes great, Laurent is rather relaxed, working with the MK crew (friend of mine) is top effective, I finally test the bike. I chose a Forty-Eight for the position of the feet is that with less advanced commands. The location is right down the handlebars, which puts me at ease quickly. So not only I am trying a HD, but it is a 1200cm3! Yeah, not even scared!

At start, the engine blows me in the stomach. Yes, I have a smile, one might even say a mega smile! Initially, I am pedaling in the semolina: I search the footrests 2-3 seconds before finding the second gear. They are there, in front, far far ahead … must sit for touch. Ah yes, we must remain buttocks on the seat on this bike. So, the first corner is quite confusing, but the last roundabouts keep traces of the footrest!

In the end, I’d say it was easy. A comfortable seat, a motor that starts itself and just waiting to drive along, smooth direction, a low ground clearance and suddenly the handling is impeccable. Except at startup, I have not been feeling great, no fear, no adrenaline, just fun to ride. This idea feeds well the legend.

Then I take my CBR again, my little 600 so light and lively. She’s a gin fizz while the Forty-Eight is a Baileys. As a crunchy Granny Smith compared to a greedy Black forest pastry …