Petits pains viennois à la fleur d’oranger

Classé dans : cuisine, Uncategorized | 0

Cet article est pour Nadine.

Je l’ai rencontrée dans un verre de lait*, blanche, douce et fraîche. Elle a un jardin extraordinaire, plein d’oiseaux, de plantes et de liberté. Les poules de Michel s’y plaisent également : aimées et protégées. Michel, c’est l’artisan : l’artiste, l’expert et le compagnon de Nadine. Ils sont beaux de bonheur :-)

Plus je réfléchis à ce texte, plus je fais l’analogie entre ce couple et mes petits pains. Ils naissent de l’amour que je porte à Bobby – mon levain, à la patience d’attendre qu’il lève, fermente et développe ses arômes si spécifiques, à l’attention que je lui porte lorsque je surveille cette levée, au plaisir que j’ai à le voir aussi beau et doré à la sortie du four.

Cela m’a également fait repenser à un monologue de « Julie & Julia », lorsqu’elle explique que malgré tout le malheur qu’elle peut croiser, il est rassurant de savoir que, quoi qu’il arrive, des oeufs mélangés à du sucre et de la farine lèveront, et feront un gâteau qui pourra répandre du bonheur. Bref, soyons heureux d’avoir des moments heureux.

(*Verdelais est une petite commune près de Langon)

Tartines de pain viennois prêtes à être congelées
Tartines de pain viennois prêtes à être congelées pour les petits déjeuners de la semaine

Pour 12 petits pains viennois au levain

Mélange sec :

  • 450 g de farine
  • 5 g de sel fin
  • 70 g de sucre blanc

Mélange liquide :

  • 100 g de levain nourri (possible aussi avec 7 g de levure de boulanger lyophilisé, réhydraté dans de l’eau tiède)
  • 50 g d’huile d’olive
  • 10 g d’eau de fleur d’oranger
  • de l’eau jusqu’à atteindre 350 mL de mélange liquide

Préparer le mélange liquide, ajouter dans le mélange sec et confectionner un pâton homogène.

Pour le pain, je fais attention à travailler 10 bonnes minutes pour obtenir un bon gluten bien étiré et de grosses bulles. Pour du viennois, la mie est assez moelleuse. Il n’est donc pas nécessaire de travailler autant les alvéoles.

Laisser la pâte doubler de volume (sur un radiateur, dans un four préchauffé, sur le bitume :-)).

Presser toute l’air, puis pétrir pour homogénéiser le pâton.

Couper en 12, faire une galette, rouler et confectionner le petit pain viennois.

Laisser encore lever. Surveiller pour qu’ils doublent de volume, mais pas qu’ils bullent en surface, sinon, ils seront acides.

Préchauffer le four à 220°, badigeonner les petits pains de lait (c’est important pour avoir une croûte lisse, fine et douce !).

Enfourner et baisser le four à 150° (ou 180, suivant le four). Cuire 12 min environ.

Bobby bien nourri
Bobby bien nourri
12 petits pains viennois
12 petits pains viennois

 

Viennese buns with orange flower water

This post is for Nadine.

I met her in a glass of milk (verre de lait*), white, soft and fresh. She has an extraordinary garden, full of birds, plants and freedom. Michel’s chickens like it too: loved and protected. Michel is the craftsman: the artist, the expert and the companion of Nadine. They are beautiful of happiness fortune :-)

The more I think about this text, the more I make the analogy between this couple and my little buns. They are born from the love I have for Bobby – my leaven, the patience to wait for it to rise, ferment and develops its specific aromas, to the attention that I bear to him when I watch it rising, the pleasure that I have to see it as beautiful and golden at the exit of the oven.

It also reminded me of a monologue of « Julie & Julia », when she explains that despite all the misfortune she can cross, it is reassuring to know that, whatever happens, eggs mixed with sugar and flour will rise, and make a cake that can spread happiness. In conclusion, let’s be happy to have happy moments.

(* Verdelais (verre de lait), is a small town near Langon)

For 12 little Viennese buns with leaven

Dry mix:

450 g flour
5 g of fine salt
70 g of white sugar

Liquid mixture:

100 g of prepared leaven (also possible with 7 g of dried baker’s yeast, rehydrated in warm water)
50 g of olive oil
10 g of orange flower water
water until 350 mL of liquid mixture

Prepare the liquid mixture, add to the dry mixture and make a homogeneous dough.

For bread, I am careful to work 10 plain minutes to get a good gluten well stretched and big bubbles. For Viennese, the crumb is quite soft. It is therefore not necessary to work the alveoli as much.

Let the dough double in size (on a radiator, in a preheated oven, on the bitumen :-)).

Squeeze all the air, then knead to homogenize the dough.

Cut in 12, make a pancake, roll and make the Viennese bun.

Let it rise again. Monitor to double their volume, but not that they bubble on the surface, otherwise they will be acidic.

Preheat the oven to 220 °, brush the buns with milk (this is important to have a smooth crust, thin and soft !).

Lower the oven to 150 ° (or 180, depending on the oven). Cook about 12 minutes.

Laissez un commentaire